Le marronnage était le nom donné à la fuite d’un esclave, hors de la propriété de son maître. Il s’agissait des premiers esclaves noirs révolutionnaires qui réussissaient à fuir les plantations, au péril de leur vie.
Le marronnage, c’est aussi l’espace de créativité, du chant libératoire qui fît naître le blues, du rythme des tambours et de la danse instinctive. Et pour Les Mordus, celui de la maîtrise de la gravité, de l’équilibre, du risque et de la joie, tout au fond de soi.