Elles se plantent devant les spectateurs avec sur le dos et dans les mains tout ce qu’elles possèdent. A ? leur manière, elles reconstituent un véritable lieu de vie, avec leurs propres codes, dans lequel, avec maladresse et séduction, elles invitent le spectateur a ? entrer. Elles traversent autant de situations drôles, cruelles, tendres ou banales qui toucheront grands et petits.
Miettes évoque le monde de la rue et les gens qui y survivent. Que reste-t-il de la notion d’intimité ? lorsque l’on vit en permanence au sein de l’espace public ? Quels trésors inattendus peuvent survenir d’êtres humains vivant dans des conditions aussi pénibles ?